Notre histoire

Fils d’un apiculteur Béarnais, ma passion pour les abeilles a fait que quelques années plus tard, j’ai eu l’envie de revivre les mêmes émotions que j’ai connues étant gamin.

Des odeurs de cire au vol des abeilles, cette communion avec la nature m’a donné envie de posséder à mon tour quelques ruches.

Piqué par la passion apicole, j’ai développé mon rucher au fil du temps et décidé de me mettre au service des abeilles à travers une apiculture écologique, équitable et respectueuse envers les abeilles.

Chaque lieu est sélectionné en fonction de son emplacement floral mais surtout dans des zones préservées des pesticides.

Situé sur la côte Landaise entre océan et forêt de pins, sur la commune de Soorts-Hossegor, le rucher Apis Mellona propose un miel local issu du Sud-Ouest.

La diversité florale que nous offre les Landes de Gascogne permet à nos abeilles de profiter de plusieurs miellées durant la saison.

Ainsi le rucher Apis Mellona vous proposera toute l’année des miels savoureux et de qualité pour le plaisir de vos papilles et de votre santé !

Laurent au rucher

Je citerais un passage d’un livre référence pour moi qui explique le sens de l’apiculture et surtout nous permettre de juger de la santé des abeilles par l’observation. Il s’agit de l’ouvrage « Au trou de vol » de H.STORCH :

« Toute l’année, c’est par cette petite ouverture que bat la vie d’une colonie. C’est par là qu’elle respire et qu’elle rejette tout ce qu’elle ne supporte pas dans son domaine. C’est par là qu’elle transmet son message riche pour celui qui le comprend, car c’est là l’endroit où, par son attitude, elle nous fait connaître son état de santé, ses souffrances, si elle a besoin ou non de l’aide de l’apiculteur. »

Cette connaissance est cependant facilitée lorsqu’on peut compléter les observations faites au trou de vol par celles du cadre-témoin : 

« Un regard sous les cadres se révèle souvent aussi instructif. Ce sont non seulement les yeux et les oreilles de l’observateur qui doivent intervenir, mais aussi son sens de l’odorat et du toucher, et surtout son cœur, son âme et son intelligence.»

laurent-rucher1

Les abeilles au travail

La ventilation est assurée par des ouvrières de tous âges. Les abeilles se placent à la sortie de la ruche et battent des ailes dans un bruissement caractéristique, tout en pointant leur abdomen vers le haut.

Les tergides des deux derniers segments abdominaux se distendent, laissant apparaître la glande de Nasanov. Les abeilles ventilent pour créer un courant d’air et gérer le climat interne du nid.

Depuis la glande de Nasanov se dégage une phéromone à fonctions multiples. Elles l’utilisent pour marquer l’entrée de la ruche, pour guider le voyage d’un essaim, et pour marquer un lieu intéressant comme une source d’eau.

La gelée royale

La gelée royale est une substance naturelle sécrétée par les glandes hypopharyngiennes et mandibulaires des abeilles ouvrières de l’espèce Apis Mellifera, destinée à l’alimentation des larves et de la reine.

Elle est produite par les jeunes ouvrières, que l’on appelle nourrices, âgées de 5 à 15 jours, à condition qu’elles disposent de pollen, d’eau et de miel.

Au sein de la colonie, la gelée royale est la nourriture exclusive distribuée à la reine pendant toute sa vie par les abeilles nourrices.

Gelée royale

La reine et sa cour

Au fur et à mesure qu’elle avance sur le cadre, une dizaine de courtisanes la suivent pour la nourrir et lui faire un brin de toilette.

Le parfum de la mère est à l’origine de cette adoration que l’on appelle le comportement de la cour, car il possède un énorme pouvoir attractif.

Elle concocte ce philtre d’amour en ajoutant à la phéromone mandibulaire quatre fragrances qui proviennent d’autres parties de son corps. Ce cocktail est appelé Queen retenue phéromone, que l’on peut traduire par « phéromone de cour de la reine »

Les bâtisseuses

Les abeilles produisent leur matériau de construction. Quatre paires de glandes cirières se développent sous leur ventre à partir de 6 jours après leurs naissances.

La cire liquide transpire à travers huit fines plaques poreuses situées sous l’abdomen des bâtisseuses. Un kilo de cire requiert un million deux-cent-cinquante milles écailles dont la production coûte à la colonie huit à neuf kilos de miel ! Le rayon aux alvéoles hexagonales représente la pierre d’angle du mode de vie des abeilles mellifères, parce qu’il leur permet de stocker les provisions pour affronter l’hiver en famille.

Le pollen

Le pollen est la semence des fleurs, ses gamètes mâles, ce qui en fait un concentré de protéines. Il joue un rôle essentiel dans la colonie par sa richesse en micronutriments, acides aminés et vitamines qu’il contient.

Sans pollen, les abeilles de trois jours ne peuvent développer leurs glandes hypopharyngiennes, les glandes nourricières. Quand le pollen afflue dans la ruche, une mosaïque entoure le couvain où un arc en ciel de couleurs chaudes vous surprends à chaque fois que vous ouvrez la ruche.